Qu'est-ce qu'une vaginoplastie?

Rajeunir son vagin! Si l’expression peut surprendre, la pratique est de plus en plus demandée. La vaginoplastie ou "lifting du vagin" est une opération de chirurgie esthétique destinée à rétrécir l’orifice vaginal et à renforcer les muscles du périnée. Ce resserrement chirurgical du vagin est à distinguer de la nymphoplastie (ou labiaplastie). Cette autre opération de chirurgie intime vise, elle, à rétrécir les petites lèvres de la vulve, et a un objectif essentiellement esthétique.

 

Qu'est ce que le périnée? 

C’ est un ensemble de muscles en forme de hamac, tendu entre l’os du pubis et celui du coccyx. Il soutient les organes du bassin (vessie, utérus et rectum) lorsqu’on est debout ou assis(e), mais aussi lorsque l’on tousse ou que l’on éternue par exemple. 

 

Le périnée augmente le plaisir sexuel

«Lors de l’orgasme, les contractions rythmées du périnée sont à l’origine du plaisir. Et plus il y aura de contractions, meilleure sera la qualité orgasmique». « Cela resserre la paroi du vagin autour du pénis, ce qui augmente le plaisir.»


Sa tonicité et ses contractions peuvent aussi augmenter les sensations chez le partenaire lors de la pénétration.

 

Un bon périnée prévient le risque de fuites urinaires

Les sphincters de l’anus et de la vessie étant insérés dans les muscles du périnée, un bon périnée joue un rôle non négligeable contre l’incontinence (urinaire et anale), grâce à ce qu’on appelle le verrouillage périnéal. Lors d’un effort, notamment pendant le sport, en toussant ou en éternuant, s’il est assez tonique et entraîné, il sera très vite réactif et solide, pour éviter la fuite d’urine.


«Il maintient le conduit urinaire fermé, et donc, s’il est affaibli, on ne peut plus retenir ses urines». Au début, ce sera une petite goutte qui fuit en riant ou en éternuant, en portant une charge ou en faisant l’amour. «Si rien n’est fait, cela peut déboucher sur une franche incontinence, surtout avec l’âge.» Bien entretenu, le périnée empêche aussi les fuites de gaz et de selles.

 

Comment savoir si son périnée est relâché ou bien musclé?

L'absence de troubles (fuites urinaires, difficultés à retenir des gaz, troubles sexuels...) est déjà un bon signe. On peut aussi faire un autotest, sous la douche par exemple, en rentrant un doigt dans son vagin ou son anus puis en contractant le périnée : «Si on sent que le doigt est à la fois enserré et aspiré vers le haut, on peut estimer que le périnée va bien.» L’alternative : poser le doigt entre l’anus et les organes génitaux : «On doit sentir que lorsque l’on contracte le périnée, cette zone remonte.»


Vous pouvez également faire le test du “stop-pipi”: lorsque vous allez aux toilettes, au début de la miction, essayez de bloquer le jet d’urine pendant 2 à 3 secondes. «Si vous y arrivez, c’est que tout va bien. Si vous n’y parvenez pas, ça ne veut pas forcément dire que votre périnée est abîmé, mais mieux vaut le faire vérifier par votre gynécologue.»

 

Ce qui affaiblit le périnée?

  • L’accouchement : le périnée doit se relâcher et se détendre pour laisser passer le bébé. Et s’il est trop tonique, la poussée peut causer une déchirure (d’où l’épisiotomie pratiquée pour éviter cela).

  • La constipation : elle oblige à pousser davantage lorsqu’on va aux toilettes. Certains sports qui exercent une forte pression sur le périnée : sports à impacts répétés (footing, trampoline, basket, tennis, zumba... à pratiquer avec modération), ou qui l’écrasent, type abdos crunchs.

  • La toux chronique

  • Le surpoids

  • Le port de charges lourdes

 

Pourquoi réalise-t-on un lifting du vagin?

L'accouchement par voie vaginale est un traumatisme majeur pour la région périnéale surtout quand il existe des déchirures lors de la délivrance. Réparées ou non, ces déchirures laisseront de lourdes séquelles. Une modification de la sensation lors des relations sexuelles est la conséquence de ce traumatisme.

  • Éviter les problèmes d'incontinence urinaire ou la descente d'organes (prolapsus). Avec l’âge (ménopause) ou suite à des grossesses répétées, le vagin peut se trouver trop élargi et le périnée (ensemble musculaire qui soutient notamment les organes génitaux) affaibli. Ce relâchement vaginal favorise ce type de soucis que sont les fuites urinaires ou le prolapsus.

  • (Re)trouver plus de sensations lors des rapports sexuels : un orifice génital trop large peut aussi entrainer un manque de sensations lors d’un rapport sexuel. Le rétrécir permet à la femme de mieux sentir le sexe de son partenaire.

 

Comment se passe cette chirurgie?

L’intervention chirurgicale se déroule le plus souvent sous anesthésie régionale avec sédation consciente et dure généralement deux heures. Le chirurgien pratique une incision à l'entrée du vagin, permettant la dissection des muscles du périnée. Les muscles périnéaux sont suturés l'un avec l'autre puis un lifting de la muqueuse vaginale est pratiqué. Un lipomodelage (réinjection de graisse) finit de remodeler la paroi vaginale latérale droite et gauche.


Quels sont les risques?

Les risques sont les infections, les saignements , et les risques spécifiques selon les antécédents médicaux de chaque patient. Le saignement est un risque spécifique à considérer rare mais pouvant être difficile à stopper sans reintervention quand survient.


Et après? 

Pour atténuer les douleurs immédiates post-opératoires, de simples antalgiques sont prescrits, la chirurgie ne nécessite pas d' hospitalisation. Ensuite, il faut compter dix jours de cicatrisation primaire , deux semaines sans tampon, un mois sans marathon… et sans sexe. Patience aussi pour les résultats sur la vie sexuelle : ils s’apprécient au-delà du 3ème mois après l’intervention.

 

La rééducation des muscles réparés 

Comment faire l’exercice de Kegel, la référence pour muscler son périnée?

  • Vous êtes allongée sur le dos, jambes pliées, pieds à plat au sol. Contractez le périnée comme si vous reteniez une envie de faire pipi et des gaz, en serrant le vagin et l’anus, et en respirant librement. Il ne faut pas forcément serrer très fort mais surtout faire le geste correctement.

  • Aidez-vous avec une image : imaginez un ascenseur que vous voudriez faire remonter du vagin vers le nombril, au fur et à mesure que vous contractez. Pour relâcher le périnée, faites comme si vous vouliez faire descendre l’ascenseur étage par étage, sans tout relâcher d’un coup.

  • Variez la durée des contractions du périnée. Alternez des contractions rapides et des contractions plus longues. « C’est important pour stimuler les différentes fibres musculaires du périnée, rapides et lentes », explique Sandrine Galliac Alanbari. Serrez et relâchez rapidement le périnée, pendant 2 secondes, 3 fois de suite. Relâchez pendant 6 secondes et recommencez. 3 à 4 répétitions. Puis essayez de contracter le périnée pendant 6 secondes, avec un repos de 12 secondes, à répéter une dizaine de fois. Au fur et à mesure que vous progresserez, la contraction pourra durer plus longtemps, toujours avec un temps de repos double que le temps de travail entre chaque série.


«L’objectif peut être d’arriver à tenir 12 secondes, mais c’est normal de tenir beaucoup moins au départ».


«Pour être sûre d’effectuer le bon geste, il ne faut pas contracter les fessiers, les abdominaux ou les muscles de l’intérieur des cuisses en même temps. Seul le périnée se contracte, tout le reste est relâché.»


Une fois que vous maîtrisez l’exercice de Kegel, ajoutez cet exercice en posture du demi-pont. Allongée sur le dos, pieds au sol, serrez le périnée puis relevez le bassin vers le ciel. Stabiliser le bassin en maintenant la contraction. Contractez davantage le périnée sur chaque expiration, qui doit durer plusieurs secondes, relâchez-le sur chaque inspiration. Faites trois répétitions.

 

À quel rythme?

  • En entretien, faites une série (une dizaine de contractions rapides et une dizaine de contractions lentes) au moins 1 à 2 fois par semaine. Si vous y pensez tous les jours c’est encore mieux, par exemple en vous brossant les dents ou assise devant votre ordinateur. «C’est important de l’intégrer aux gestes de la vie quotidienne pour que cela devienne automatique.»

 

Que valent les objets pour tonifier le périnée à la maison?

Les boules de geisha et cônes vaginaux

  • Les boules de geisha et les cônes vaginaux s'insèrent dans le vagin avant de vaquer à ses occupations pour aider le périnée à se contracter.

  • «Intéressants en prévention et en entretien mais pas adaptés aux périnées trop faibles, car les objets ne tiendront pas. Plus légers, les cônes permettent un travail plus progressif.»

  • Les modèles : un kit avec différents modèles permet d'augmenter le poids au fil des semaines.

 

Les sondes connectées

Reliées à un smartphone, elles permettent de visualiser les contractions sur l’écran. C’est le principe du biofeedback("action en retour"), une technique souvent utilisée en rééducation qui apprend au patient à contrôler les fonctions de son corps.


«Intéressantes pour celles qui doivent faire une rééducation longue à la maison après un accouchement, en cas d'incontinence.... mais rien n'empêche de les utiliser en prévention.»

 

Les appareils d’électrostimulation

La sonde est reliée à un boîtier émetteur d’impulsions électriques pour stimuler les muscles du périnée. 


« Les sondes d’électrostimulation en vente libre délivrent un courant trop faible pour renforcer réellement le périnée.»

0
Feed